Accéder directement au contenu sans lire la navigation

Diagnostic anténatal

Le diagnostic anténatal ainsi que le traitement des maladies et des malformations du fœtus ont été considérablement améliorés ces dernières années, sans pouvoir cependant, malheureusement, dépister toutes les affections possibles.

L'échographie est la technique la plus connue. Cet examen  n'est cependant pas pratiqué à chaque visite médicale au cours d'une grossesse normale, car l'INAMI ne rembourse que trois échographies par grossesse, en dehors d'une éventuelle pathologie.
 
A treize semaines, au moment du bi-test, certaines anomalies peuvent être découvertes. Le prénatest peut être effectué.
 
Le moment-clé est l'échographie morphologique du deuxième trimestre, réalisée vers la vingt-deuxième semaine. L'objectif principal de cet examen est de passer au crible les divers organes du fœtus. Grâce à cet examen, 80% des problèmes peuvent être dépistés. Au plus tôt sera detectée la malformation, meilleur sera le suivi dans la plupart des situations, en fonction de la gravité. 
 
Si nécessaire, d'autres techniques, comme l'amniocentèse, sont utilisées. Les gynécologues du CHwapi n'hésitent pas à référer dans les centres de diagnostic anténatal des cliniques universitaires Saint-Luc et Erasme.